- 76-


Pour mon grand fils chéri.

TANT DE SOUVENIRS...

Toute seule, je suis... Ce soir il fait si froid !
Et tant de souvenirs, comme un chemin de croix !
Mon enfant plein d'espoir, de foi, de confiance,
Et cette chambre empreinte encor de ta présence !
Chaque objet, tendrement, vient me parler de toi
Et je ferme les yeux : pour entendre ta voix !
"T'en souvient-il de moi" raconte un cendrier
Vierge de toute cendre, (sans trop s'en soucier) !
"De ses petites mains, là-bas, en colonie,
Il me faisait pour toi, pour sa maman chérie".
Et ce tableau naïf, seul ornement d'un mur,
Parait s'illuminer et dans son ciel obscur
Un vent fou se déchaîne, chasse un dernier nuage
Qui s'enfuit appeuré de tout ce remuage !
"Je mettrai tant d'amour à la composition
Que le plus beau dessin ornera ta maison".
Et sur cet autre mur, ces deux feuilles de plâtre
L'une d'un vert-bleuté, l'autre d'un brun-jaunâtre.
Un printemps d'espérance, un nostalgique automne !
"Toutes deux sont pour toi, maman, je te les donne".
Sur la table de nuit, la lampe de chevet,
A l'abat-jour de soie, poussiéreux, délavé,
Comme à regret fait signe et parlant bas : "écoute :
Te livrer son secret, vois-tu, je le redoute.
Il lisait tard, le soir, tandis que tu dormais,
Où faisais-tu semblant... Ses grands yeux se fermaient.
Parfois, dans la pénombre, une lune indiscrète
Entrait furtivement dans la chambre secrète".
Oh ! que de souvenirs, doux et tristes pour moi
Evoquent ces objets en parlant de toi !
Et si lourde est ta croix ! Le malheur forge l'homme.
Ne ternis pas ton coeur ! Promets mon petit homme !
Demain tu grandiras, face à l'adversité,
Tu dompteras le sort toute une éternité !
Non, je ne suis plus seule : une lettre, une image,
Ton portrait qui sourit ! Bonsoir, "mon fils Courage" !

20 Janvier I96I