- 50-

MERCI MON DIEU

Merci Mon Dieu ! Oh ! c'est si doux de naître
Sur cette terre ou tout est prodigieux !
Merci Mon Dieu de m'avoir fait connaître
Mes chers parents si bons, si merveilleux !
D'avoir permis que j'ouvre enfin les yeux,
Merci Mon Dieu !

Ils ont guidé mes premiers pas d'enfant,
Travaillé dur afin qu'il ne connaisse,
Ce petit être insoumis, insouciant, inconstant,
Durant sa vie, ni honte, ni faiblesse...
D'avoir permis que j'ouvre enfin les yeux,
Merci Mon Dieu !

Auprès de vous, abreuvé de tendresse,
J'ai cheminé, ignorant les embûches,
Pauvre maman, oui, pour moi ta tendresse
Etait si douce, et ne la voyait plus !
D'avoir permis que j'ouvre enfin les yeux,
Merci Mon Dieu !

Ô Dieu d'amour, permettez que je vive
Assez longtemps pour les remercier.
Ces chers parents, près d'eux qu'il fait bon vivre,
Oh ! je voudrais tant pouvoir les garder !
D'avoir permis que j'ouvre enfin les yeux,
Merci Mon Dieu !

Quand sonnera pour eux l'heure dernière,
Qu'à tout jamais se fermeront leurs yeux,
Désespérée, restant seule sur la terre,
J'accomplirai peut-être un dernier voeu,
Car je pourrai enfin tourner les yeux,
Vers "Vous", Mon Dieu !

15 août 1969