- 44-

LES TROIS CAILLOUX

Près des eaux grises de l'étang
J'ai ramassé un caillou blanc.
Au creux de ma main l'ai posé
Et tendrement l'ai regardé,
Car j'ai cru voir, à cet instant,
L'âme innocente de l'enfant !

Dans le sentier du bois joli
J'ai ramassé un caillou gris.
Au creux de ma main l'ai posé
Et tristement l'ai regardé,
Car j'ai cru voir, à cet instant,
Se ternir l'âme de l'enfant !

Et dès les premiers feux du soir
J'ai ramassé un caillou noir.
Au creux de ma main l'ai posé,
Craintivement l'ai regardé,
Car j'ai cru voir, une seconde…
Emerger la noirceur du monde !!!