- 8-

QUAND LES ANS EFFEUILLÉS...

Quand les ans effeuillés nous irons, déjà vieux,
Au pays des genêts et des mauves bruyères,
Les glycines en fleurs et les roses trémières
Mêleront leurs senteurs en des hymnes joyeux.

Comme des amoureux, sous l'odorante treille,
Nous reviendrons tremblants en nos soyeux atours,
Cueillir le temps béni des anciennes amours
Sans prendre garde au cri moqueur de la corneille !

Et nous écouterons la romance des Dieux
Éveillant un instant l'âme de la nature,
Jouant à Robinson en sa folle aventure,
Loin du monde futile et si proches des cieux.

Sous le regard ému d'une lune indiscrète
Épiant chaque geste en ce jour finissant,
Nos lèvres quêteront quelque baiser naissant
Perdu dans le sillon d'une bouche secrète !

Des cristaux de bonheur danseront en nos yeux.
Les Muses charmeront nos jours gris d'un poème.
Je tresserai pour toi des bouquets de JE T'AIME
Sur la terre sacrée où dorment nos aïeux !