- 7-

DIEU M'A FAITE FEMME...

S'il m'eût été donné de naître damoiseau,
J'aurais aimé ma Dame aussi douce que belle,
Sensible au jeu du vent qui berce le roseau,
Ou bergère en haillons, ou princesse en dentelle !

S'il m'eût été donné de naître enfant des dieux,
J'aurais bravé le ciel, Diane chasseresse,
Ou franchi l'Achéron pour un pleur de vos yeux !
Me faire Endymion, berger de ma déesse !

S'il m'eût été donné de naître fils de roi,
Je vous aurais aimée, adorable insoumise,
L'espace d'un caprice, encor rose d'émoi,
Et... reléguée au ban de 'servante", Marquise !

S'il m'eût été donné de naître troubadour,
Je vous aurais aimée en Muse du Poète,
Accordant votre lyre aux accents de l'Amour,
Dans les jardins bénis du divin Musagète !

S'il m'eût été donné de naître pauvre hère,
Ô ma Gueuse aux pieds nus, "jouet" des indigents,
Votre bras à mon bras, l'allure noble et fière,
Nous nous serions aimés comme de pauvres gens !

Dieu s'est montré rebelle à mon désir changeant,
Et ne saurai jamais quel sang coule en mes veines !
Un sang couleur de ciel ou de soleil couchant ?
Fille des bords de Loire ou de terres lointaines ?

Peut-être un sang-mêlé ? Princesse et troubadour ?
Car Dieu m'a faite femme... et sensible à l'extrême !
Mêlant un rien d'orgueil, d'amitié et d'amour,
Pour le plaisir de "vous", et de "celui" que j'aime !